Une zone de verdure au nord de la commune !

On ne regrette pas d’avoir un parc mais on peut regretter de ne pas en avoir. Par exemple, le parc Stagni a été racheté par la Commune dans les années 60. Le regrettez-vous ? Voudriez-vous amputer la moitié du parc Stagni pour y créer des logements ? Probablement pas. Alors, ne le faisons pas non plus pour Le Moulanais. Car le rôle des espaces verts est unique et irremplaçable au plan social et environnemental. Ce que nous devons décider aujourd’hui ne concerne déjà plus notre génération, cela concerne nos enfants, nos petits-enfants et tous se réjouiront qu’en 2020, nous avons décidé de leur laisser de l’espace.

Contexte cantonal

Ces 3 dernières années, la politique du département du territoire a été de nombreuses fois décriées et reniée par la population en raison des coupes d’arbres, des destructions de bâtissent historiques et des déclassements de parcelles en vue de densifier. Ceci nous montre que la sensibilité de la population a évolué récemment et que la réflexion bouge suite aux constats que les constructions de logements à Genève ont enlaidi notre canton, resserré l’espace, pour au final s’apercevoir que le taux de vacance n’a pratiquement pas bougé. En parallèle, plus de 230’000m2 de bureaux sont vides et cela va augmenter car le télétravail est entré dans les meurs. Le canton peut avoir une politique plus active pour transformer ces espaces en logements et ce avant de venir péjorer notre commune.

Sur le Nord de la Commune

Le Nord de la Commune ne dispose pas d’espace de verdure et la dernière parcelle libre de construction est celle-ci. La densification de ce secteur est forte depuis déjà de nombreuses années et est vouée à se renforcer encore notamment avec les surélévations du chemin de la Montagne ainsi qu’un immeuble supplémentaire à l’emplacement de la Coop. De plus, la zone 5 voit toutes ses parcelles construites avec des immeubles r+2. A terme, tout le nord de la Commune sera drastiquement densifié. S’agissant de la mobilité enfin, n’oublions pas les 2600 logements prévus d’ici 2030 aux Communaux d’Ambilly qui, malgré les mesures de modernisation des bus et l’essor de la mobilité douce augmenteront le flux de voitures sur JJ Rigaud et Montagne.

Pour la parcelle 3210

En 2018, la population a voté contre le déclassement de la parcelle en zone 4 et contre un projet de PLQ. Fin 2019, le Conseil Administratif a écrit au Conseil d’État pour demander la mise en zone de verdure de cette parcelle. Dans ce cas, le Conseil Municipal doit se déterminer par voie de résolution sur cet objet. Si nous ne le faisons pas, nous prenons le risque que des habitants nous obligent à le faire via une initiative communale.

Le timing

C’est en septembre 2020 que nous sommes invités à prendre une décision rapide pour déposer avant novembre une proposition d’aménagement. La commission Territoire a choisi l’option qu’elle pense la plus acceptable pour le Grand-Conseil. Nous estimons qu’il est toutefois étonnant de s’auto-censurer par peur des remontrances du Grand-Conseil. Le choix de densifier en zone 4 pour éviter de la zone 3 est un choix dont on ne sait même pas s’il est raisonnable car nous n’avons aucune garantie sur son acceptation et sur les compromis qui seront encore demandés. Pourquoi dès lors ne pas être plus combatif et plus audacieux en présentant la version la plus « pure » ? Quant aux considérations financières, Westpark a acheté cette parcelle 14 millions. La commune a acheté la parcelle Gauthier 24,8 millions sans aucun problème…

Il faut aussi garder à l’esprit que densifier coûte cher aux communes. Aujourd’hui, acheter du terrain ne peut pas être un mauvais investissement à l’heure où les taux sont négatifs. C’est le bon moment. 

La position de notre groupe

Le groupe Alternatives pour Chêne-Bougeries estime que la population a besoin de logements dont les loyers sont abordables. Pour ce faire, nous privilégions la construction de logement communaux. La commune dispose de parcelles qui pourraient répondre à court et moyen terme à ce besoin. Outre les logements à loyer abordable, la population a aussi besoin d’espaces verts pour se délasser, les enfants ont besoin de courir, jouer, se rencontrer. La cohésion sociale et la qualité de vie augmentent grâce à de tels lieux. Notre programme indique que nous sommes favorables à la construction de logement seulement si les infrastructures communales permettent d’accueillir correctement de nouveaux habitants. Aujourd’hui ce n’est pas le cas.

Nous avons aussi pris acte de la volonté populaire à Chêne-Bougeries quant au refus de déclasser la parcelle en zone 4. Revenir au-devant de la population avec de la zone 4 alors qu’elle l’a clairement refusé en 2018 n’est-il pas un affront ? 

C’est pourquoi, le groupe Alternatives pour Chêne-Bougeries, avec l’intention de respecter la volonté populaire, pour la démocratie et pour le bien-être de la population, a déposé lors du Conseil municipal du 24 septembre 2020 un amendement portant sur le déclassement du Moulanais en zone de verdure et infrastructures publiques. Celui-ci a malheureusement été refusé à une voix près, et c’est un déclassement partiel en zone 4A qui a été privilégié pour négocier avec le canton. 

Céline Pillonel
Conseillère municipale Alternatives pour Chêne-Bougeries

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :